Sélectionner une page

INTERVIEWS

INTERVIEW #9 Ivan Boccon-Perroud 

  •  Depuis combien de temps es tu dans le club ? 

Cela fait une petite dizaine d’année que j’ai rejoint le HBCA. Mais j’ai commencé le hand à l’US Albens en 1986. 
  • Quelle est ton rôle cette saison ? 

Je suis membre du bureau dirigeant du club. 
Mon rôle consiste principalement à rechercher de nouveaux partenaires privés et surtout à pérenniser les partenariats que l’équipe “Partenaires” construit avec les entreprises locales. J’essaie d’animer au mieux le réseau des partenaires en leur permettant de se rencontrer et de partager des beaux moments au sein de du club et dans leurs entreprises.
  • Quel est ton parcours au HBCA ?

Je suis tout d’abord arrivé comme “joueur-retraité” dans l’équipe “Loisirs”. C’est une institution à part entière dans le club !
Une belle bande de copains qui partagent beaucoup de choses autour du handball.
Et j’étais très heureux d’y retrouver des potes avec qui j’avais joué (dans l’équipe adverse…) et que je connais depuis plusieurs décennies. 
Mais des pépins de cervicales m’interdisent aujourd’hui de jouer.
Et comme je ne pouvais pas me résoudre à prendre du recul, j’ai décidé de m’investir dans l’équipe dirigeante depuis quelques années. 
  • Qu’est ce qui te motive à t’investir dans notre club ?

Ma motivation principale, c’est de perpétuer l’esprit et les valeurs qui m’ont fait aimé ce sport collectif.
Notamment, faire que des gamins aient les yeux qui brillent quand ils viennent assister aux matchs de leurs ainés. 
Depuis que mon fils a commencé à jouer, je suis très sensible à sa fierté de porter le maillot “Orange & noir”.
Par ailleurs, c’est un club qui a une histoire et c’est un vrai plaisir de participer à cela.
  • A ton avis, qu’est ce qu’il faut pour être un bon bénévole ?

Comme le dirait Otis dans Astérix, “je ne crois pas qu’il y ait de bon ou de mauvais bénévole. Moi, si je devais résumer ma vie aujourd’hui au HBCA, je dirais que c’est d’abord des rencontres. Des gens qui m’ont tendu la main, peut-être à un moment où je ne pouvais pas, où j’étais seul chez moi. Et c’est assez curieux de se dire que les hasards, les rencontres forgent une destinée… Parce que quand on a le goût de la chose, quand on a le goût de la chose bien faite, le beau geste, parfois on ne trouve pas l’interlocuteur en face je dirais, le miroir qui vous aide à avancer. Alors ça n’est pas mon cas, comme je disais là, puisque moi au contraire, j’ai pu : et je dis merci à la vie, je lui dis merci, je chante la vie, je danse la vie… je ne suis qu’amour ! Et finalement, quand beaucoup de gens aujourd’hui me disent « Mais comment fais-tu pour avoir cette humanité ? », et bien je leur réponds très simplement, je leur dis que c’est ce goût de l’amour ce goût donc qui m’a poussé aujourd’hui à m’investir dans , mais demain qui sait ? Peut-être simplement à me mettre au service de la communauté, à faire le don, le don de soi…”
Plus sérieusement, il faut avant tout avoir envie de donner de son temps pour les autres. 
Il faut avoir également le goût du travail en équipe et un certain esprit d’ouverture.et de dialogue.
Etre capable de réussir ensemble et aussi pouvoir apprendre de nos échecs et faire avancer l’association.
  • Toi qui fais partie de la famille du HBCA, quels est/sont ton/tes moment/s favoris dans la vie du club ?

Il y a en plein ! 
Parce que la vie de club, c’est surtout des bons moments ! (Et on ne pourrait pas tout développer ici…)
Bien sûr, il y a les soirs de matchs aux Prés-Riants, les animations extra-sportives comme les braderies, le loto, la belote, les soirées partenaires, ….et les après matchs au foyer !
  • Peux tu décrire le club en 3 mots ? 

FAMILLE
CONVIVIALITE
RESPECT 

 

Merci à toi Ivan d’avoir pris le temps de répondre à nos questions et à bientôt au bord des terrains !

INTERVIEW #8 Marie Bichoff 

  •  Depuis combien de temps es tu dans le club ? 

A partir de 2004, pendant 8 ou 9 ans, j’étais parent bénévole (comme de nombreux parents) depuis que Théo est venu jouer au HBCA (clin d’oeil à ROCKY… je suis la maman de Théo !!).
  • Quelle est ton rôle cette saison ? 

J’ai accompagné les jeunes tous les week-ends, et tenu des tables de marque quand il manquait du monde !!. 
  • Quel est ton parcours au HBCA ?

Depuis deux saisons, j’ai rejoint le bureau où j’aide modestement Philippe dans ses fonctions de trésorier.
  • Qu’est ce qui te motive à t’investir dans notre club ?

Ma motivation à cet engagement, j’aime l’ambiance sportive et j’aime l’idée d’accompagner un peu les jeunes dans la la plus belle école de la vie. 
  • A ton avis, qu’est ce qu’il faut pour être un bon bénévole ?

Un bon bénévole est celui qui reste fidèle à son club, et sa qualité première c’est peut être la générosité mais surtout savoir se rendre disponible.
  • Toi qui fais partie de la famille du HBCA, quels est/sont ton/tes moment/s favoris dans la vie du club ?

Mes moments favoris : Les Prés Riants bondés, des ultras chauds bouillants, un public qui se laisse emporter et bien sûr des joueurs qui se battent comme des “tigres”.. Et si la victoire est au bout, c’est encore mieux !
  • Peux tu décrire le club en 3 mots ? 

LE HBCA EN trois mots : une famille (parfois tumultueuse!), une pépinière de petits handballeurs, la fête. 

 

Merci à toi Marie d’avoir pris le temps de répondre à nos questions et à bientôt au bord des terrains !

INTERVIEW #7 Sandrine et Laurent Forrat

  • Quand êtes-vous arrivés dans le Club ? 

Sandrine et Laurent => Nous sommes arrivés au sein du Club D’Aix-Les-Bains il y a 4 ans suite demande de mutation de notre fils qui voulait progresser. Nous tenions à remercier le Club pour son accueil et pour nous avoir intégrés tous les 3.
  • Quand est-ce que vous avez décidé de vous investir, et pour quelle raison ? 

Sandrine => Pour moi c’est une évidence, quand on fait parti d’un Club il est normal qu’en tant que parent on s’investisse et cela me permet de suivre mon fils (pas sûr que lui apprécie ) !! et en plus j’adore faire la table, faire des gâteaux pour les fins de matchs !!!
Laurent => Etant passioné de hand et l’ayant pratiqué plus jeune, accompagnant tous les week-end mon fils et aidant de temps à autre à coacher au sein du Club de Yenne, il était naturel qu’il en soit de même pour le Club D’Aix les Bains, voir plus…
  • Que faites-vous pour aider le club ? 

Sandrine => J’aide à la table de marque sur les matchs à domicile (chronomètre et PC) + les déplacements.
Laurent => Je fais en sorte d’être le plus possible présent aux entraînements la semaine pour voir les progressions et pouvoir les appliquer lorsque je coache l’équipe avec Raph et Sylvain. Je ne suis pas entraineur, je suis là en support si besoin, car entraineur est avant tout un métier (et il faut pouvoir supporter ces jeunes ) !! Quand il y en a besoin, j’aide volontier aux différentes manifestations organisées par le Club.
  • Êtes-vous ou étiez handballeur.se avant ? 

Sandrine => Non, jamais pratiqué le hand, seulement fait du BasketBall et Volleyball pendant ma jeunesse.
Laurent => Oui, en UNSS ; puis plusieurs années au sein du Club de Seyssel ; puis au sein du Club d’Aix les Bains dans les années 90 ; et enfin en Loisir au sein du Club de Yenne
  • Est-ce que votre enfant est content que vous soyez autant investi ? Surtout toi Laurent vu ton statut au sein de l’équipe des -18 ans ?

Sandrine => Soyons sincère !! non ! Thomas n’est pas forcément content que je m’investisse comme cela car il a l’impression de m’avoir sur le dos non stop ! Il n’aimait pas que je soit dans les tribunes à crier ! Maintenant quand je fais la table il apprécie (il ne m’entend plus!!) !! Mais bon je m’en fiche, moi ça me plaît !!! et j’aime bien aider le Club.
Laurent => il est vrai que ce n’est pas toujours simple ; il a l’impression, en plus de vivre la semaine en famille, que je suis H24 avec lui, sur son dos. C’est compliqué de coacher son fils ! Pas évident pour lui non plus d’entendre son père sur le banc ! Mais l’essentiel étant que nous y trouvions tous les deux notre compte ! Lui en tant que joueur et moi en tant que passionné de Hand.
  • Pour vous, les valeurs du handball et du club jouent (ou ont jouées) un rôle dans l’éducation de votre fils ? 

Sandrine => Le hand lui a permis d’être moins timide, d’être plus sûr de lui, avoir plus confiance en lui et d’avoir un peu plus de répondant
Laurent => Cela lui apprend l’esprit d’équipe, le respect des autres et de garder une bonne condition physique.

 

Merci à tout les deux d’avoir répondu à nos questions et à bientôt au bord des terrains !

INTERVIEW #6 Jean-Paul Valadier

  • Peux-tu te présenter ?

Bonjour, je suis Jean-Paul, la cinquantaine florissante et 3 enfants formidables.

Je suis également arbitre pour le HBCA.

 

  • Quel est ton parcours dans le handball ?

J’ai débuté tardivement, à l’époque, la catégorie s’appelait « Minime », c’est-à-dire moins de 15. Un groupe de bons copains, un entraîneur fédérateur et le tour était joué : le virus était inoculé ! Ensuite, j’ai fais une carrière de joueur standard, petite par le niveau de jeu et grande par la longévité. Rapidement, je me suis occupé d’équipe de jeunes ; et donc nous y voilà : j’ai commencé à arbitrer !!! Et PAN, le virus avait muté …

 

  • Depuis combien de temps est-ce que tu arbitres ? Et qu’est ce qui te motive à le faire ?

J’ai pu arbitrer dès que j’ai eu le permis de conduire. Je vous laisse faire le calcul …

Au départ, j’ai trouvé ça amusant, c’était une façon d’être sur le terrain encore un peu plus souvent et ça rendait service au club. Après, je me suis pris au jeu. Je sifflais des équipes de jeunes à petit niveau, c’était tranquille. Ensuite, les désignations sur des matchs seniors sont arrivées ; j’ai trouvé alors une légitimité à faire respecter le règlement en m’appuyant sur mon maillot et mon sifflet.

 

  • Tu as une paire avec toi ou tu es seul pour arbitrer tes matchs ?

J’ai arbitré seul pendant une dizaine d’années. Dans la mesure où j’avais écumé tout de département, que je connaissais tout le monde et réciproquement, j’ai voulu passer au niveau supérieur. Pour cela, il fallait un binôme ; c’est ainsi que depuis ce moment, j’arbitre en binôme.

 

  • Qu’est ce qui est pour toi le plus difficile à gérer durant les matchs ?

Je ne vois pas de difficulté particulière à gérer. Début de match ou money time ; jeu dur, haché ou rapide ; comportement et attitude des acteurs ; en fait, nous sommes comme des joueurs, les situations s’enchaînent et nous les appréhendons du mieux possible.

 

  • Pour toi, qu’est ce qui caractérise un bon arbitre ?

Pour moi, un bon arbitre, c’est deux caractéristiques :

– la crédibilité : comme on ne doit siffler que ce que l’on voit, il faut être au bon endroit au bon moment pour prendre la bonne décision. Cela implique d’être lucide, et par conséquent au point physiquement et mentalement.

– la cohérence : une situation de jeu doit être sifflée de la même façon que ce soit à la première minute du match ou à la dernière. Cette cohérence est indispensable pour que les joueurs et les coaches puissent développer leur jeu et leurs stratégies. En particulier, une faute identique doit amener le même type de sanction.

 

  • Il y a des niveaux d’arbitrage ? Est ce que tu peux expliquer rapidement pour ceux qui ne les connaissent pas ?

Grosso modo, c’est comme un championnat. Tu commences au niveau départemental. Si tes prestations sont bonnes, voir excellentes, tu passes au niveau supérieur. Tu deviens arbitre régional puis national et enfin international. Évidemment, si les prestations sont moins bonnes, tu descends de niveau …

 

  • Je suppose que tu étais joueur avant, tu jouais à quel poste ?

J’ai joué à tous les postes ! Le plus important pour moi était d’être sur le terrain, jouer 1 heure quelque soient les conditions ! Le poste que je déteste, tu l’auras compris, c’est être sur le banc de touche …

 

  • Est ce que quand tu étais joueur tu parlais (râlais) avec l’arbitre ? Tu penses quoi de ces joueurs là ?

Non, jamais. Je restais concentré sur le jeu. Bon, d’accord, je bougonnais bien un peu de temps en temps, mais seulement quand cela me paraissait vraiment injuste.

En fait, les « râleurs » sont simplement des joueurs qui exprime la colère qu’ils ont après eux ou après leurs coéquipiers pour les erreurs commises ; cela traduit une certaine frustration de ne pas pouvoir être meilleur, individuellement ou collectivement. Si tu regardes bien, il n’y a pas de râleurs chez les pros …

 

Merci à toi Jean-Paul d’avoir répondu à nos questions et à bientôt sur les terrains !

INTERVIEW #5 Bertrand Pachoud

  • Salut Bertrand est-ce que tu peux te présenter ?

Bonjour,

Je suis Bertrand Pachoud, entraîneur de l’équipe sénior en N2, marié avec Célia et papa de 3 pépites et également enseignant d’EPS.

  •  Ça fait combien de temps que tu es dans le milieu du handball ? Dans quel club as-tu commencé ?

Alors cela va faire bientôt 30 ans que je suis dans le handball et j’ai débuté comme joueur à Barby puis j’ai rejoint Chambéry plus tard.

 

  • Tu as été joueur avant ? et à quel poste ?

Je préfère vite passer sur cette question car autrement mes potes vont avoir des souvenirs sur ma grande carrière de joueur. 

  • À quel âge est-ce que tu as commencé à entrainer ? et sur quel collectif ?

J’ai commencé à 16 ans en accompagnant l’équipe de mon frère, j’ai été responsable d’une équipe à l’âge de mes 18 ans 

  • Quel est ton parcours en tant qu’entraîneur ?

De mes 18 ans à mes 41 ans j’ai entraîné au club de Chambéry, dont 16 ans au centre de formation en N1 puis maintenant à Aix-les-bains depuis 2 saisons.

Je suis aussi entraîneur aux stages de Melvyn Richardson et responsable de la section handball au collège George Sand, j’ai aussi entraîné l’équipe de Savoie à mes débuts.

  • Pourquoi es-tu devenu entraineur ?

Je me suis tourné vers l’entraînement lorsque j’ai eu la chance de rencontrer Edina Borsos et Rudy Bertsch, ce sont des personnes fantastiques qui ont tellement de connaissances sur le handball, ce sont des passionnés qui sont toujours dans le partage.

  • Quel est pour toi le rôle d’un entraineur ?

Pour moi, c’est d’accompagner des projets individuels pour réussir un projet collectif, l’entraîneur doit être le garant de l’esprit d’équipe et le responsable du projet de jeu, il doit planifier, tenter d’anticiper. J’ai la chance depuis quelques années d’avoir à mes côtés un préparateur physique Max Chamoux qui est responsable de l’état de forme du groupe, qui m’aide beaucoup sur la recherche permanente de la performance avec le groupe.

  • Qu’est-ce qu’il faut pour être un bon entraineur selon toi ?

Avoir de très bons joueurs ! lol

Être à l’écoute de ses joueurs et faire des choix humains et technico-tactiques en fonction des qualités et défauts de son groupe.

  • Tu préfères entrainer les filles ou les garçons ? Pourquoi ?

À ce jour je n’ai encore jamais réellement travaillé avec un groupe féminin, donc difficile de pouvoir comparer les 2.

  • Que penses-tu du club d’Aix-les-bains ?

Un club savoyard historique, familiale, sérieux, créatif avec 2 présidents et 2 salariés, impliqués sur la formation des jeunes et sur la ville d’Aix, qui bénéficie de beaucoup de vrais bénévoles et d’un public fidèle.

  • Tu as dit avoir en charge le groupe sénior de nationale 2, Que penses-tu de cette équipe ?

J’ai un super groupe en N2 avec des nouveaux, des jeunes, des très jeunes, des dinosaures encore un peu jeunes, un groupe de mecs bien, talentueux, travailleurs et très investis dans le handball et l’équipe.

  • Qu’est-ce que tu penses des entraineurs qui hausse la voie sur leurs joueurs ? Je suis sûr que ça ne t’arrive jamais ?

Hausser la voix ce n’est pas un souci c’est plutôt le contenu des paroles qui est à contrôler, si je crie parfois c’est surtout qu’il y a un fond sonore qui m’oblige à élever la voix pour me faire entendre de façon spontanée.

Il se peut qu’un entraîneur crie c’est plus souvent de la déception de ne pas voir réussir son joueur, moi j’appelle cela aussi de l’exigence, de la frustration et il faut vite reprendre de façon plus calme les corrections.

 

Merci à toi Bertrand d’avoir répondu à nos questions et à bientôt sur les terrains !

INTERVIEW #4 Hervé Fazio 

Il est un entraîneur bénévole sérieux depuis plusieurs années au club du HBCA, nous vous proposons d’apprendre à le connaître un peu plus à travers cette interview.

Salut Hervé, peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Hervé, j’ai 51 ans, je suis marié, j’ai 2 enfants et je suis artisan métallier

Depuis combien de temps est-ce que tu es dans le handball ? Tu as déjà joué ? à quel poste ?

J’ai commencé le handball au HBCA, je devais avoir 14 ans ou 15 ans, pour rejoindre mes potes j’y ai joué pendant une dizaine d’année et je jouais au poste d’arrière gauche.

A quel âge est ce que tu as commencé à entrainer ? Avec quel équipe ?

J’ai commencé à entrainer à l’âge de 44 ans sur un collectif de -14 filles avec Jessica Arnaud la 1ère année.

Ensuite j’ai continué tout seul.

Pourquoi es-tu devenu entraineur ? Qu’est-ce que ça t’apporte 

Je suis devenu entraineur, parce que ma fille faisait du handball et que le club cherchait un entraineur, puis je me suis pris au jeu, grâce à un collectif merveilleux. 

J’ai été moniteur dans différentes colonies de vacances et j’ai toujours rêvé d’en faire mon métier, la vie en ayant décidé autrement, j’ai trouvé dans ce rôle au HBCA tous les plaisirs de l’entrainement, d’avant la compétition et les émotions d’un match.

C’est quoi pour toi le rôle d’un entraineur ? 

Pour moi un entraineur, c’est une personne qui arrive à trouver le meilleur en chacune de ses joueuses pour pouvoir trouver le meilleur lien possible afin de pouvoir faire avancer le collectif ensemble.

Pour toi qu’est-ce qu’il faut pour être un bon entraineur ?

C’est difficile à dire, chaque personne est différente, moi je pense qu’avoir de l’empathie envers les autres, est ce qui est le plus important.

Tu préfères entrainer les filles ou les garçons ? Pourquoi ?

Je préfère entrainer les filles, après je n’ai jamais entrainé des garçons, donc difficile de comparer. 

Je pense, mais cela n’engage que moi, que les filles sont plus complexes et plus têtues que les garçons et j’ai une meilleure approche avec les filles.

Qu’est-ce qui est, pour toi, le plus dure à faire émerger chez une joueuse ?

Je pense que lui amener la confiance en soi est le plus important, quand on a confiance en soi, on peut commencer à progresser beaucoup plus facilement quel que soit son niveau de départ.

Comment est-ce que tu gères les filles après une défaite ?

Souvent juste après une défaite, je leur remonte le moral, et ensuite au prochain entrainement on revient sur la défaite et à ce moment-là je peux être plus dur, mais une défaite nous sert toujours à avancer.

Tu es plutôt un entraineur compétiteur, ou tu favorise la progression de tes joueuses en match ? 

Je favorise la progression du collectif, car pour moi, le plus important c’est de former un collectif, après généralement le reste va suivre.

Mais j’aime bien gagner quand même, à l’origine c’est pour ça qu’on est là.

INTERVIEW #3 Pascal Cagnon et Christophe Lagrange (Rocky)

  • Depuis combien de temps êtes-vous au club tout les 2 ? 
Rocky : Une douzaine d’années !
Je suis venu fêter la montée des filles en Nationale 2 car je connaissais une joueuse, et l’année d’apres en venant les encourager !
J’ai été pique par le virus handballistique ! =D
Pascal : Il y a 20 ans dès que suis arrivé au club avec mes 3 enfants, 2 ans après j’ai intégré le bureau et je ne l’ai plus quitté.
  • Quel est votre parcours dans le club ? 
Rocky : J’ai commencé à supporter les équipes pendant 3 mois puis j’ai fais le chauffeur sur les déplacements et officiel de table de marque pour les séniors féminines. Après j’ai également ét responsable matériel ainsi que tables de marque pour d’autres collectifs !
Et plus particulièrement de l’équipe 1.
Sans oublier d’être membre du bureau
Pascal : J’ai commencé d’abord par tenir la table de marque, pui j’ai été dirigeant en tant que responsable du matériel, logistique et également formateur de table.
  • Aujourd’hui c’est quoi votre rôle au club ? 
Rocky : Le matériel !
Après mon rôle aujourd’hui est un peu à l’image de mon parcours au sein du club, tables de marque /chauffeur  et donner un coup de main pour les animations (quand il y en a …)
Toujours au bureau  !
Pascal : Officier de table Nationale 2 et suiveur des JAJ (juge arbitre jeune) du club.
  • Prenez- vous votre rôle comme un devoir ? 
Rocky : Quand on s’engage bien sûr …!
Pascal : Oui ! Même si je suis moins présent sur les matchs des jeunes car les parents sont là aussi.
  • Qu’est ce qui vous motive le plus à faire tout ça? 
Rocky : La bonne ambiance au sein du HBCA entre les dirigeants, les joueurs et le public !
Et bien sûr fêter les victoires !
Pascal : Le handball au HBCA c’est comme une grande famille et ça me tiens à coeur.
  • Est-ce que tu faisais du handball avant ?
Rocky : J’ai joué 1 an à Yenne quand j’etais adolescent !
Mais je n’ai jamais été très doué !
C’est plus facile de critiquer que de jouer (donc je m abstiens de critiquer)
Pascal : J‘en ai jamais fait personnellement, mais je venais voir jouer mes copains dans ma jeunesse, c’est là que j’ai accroché.
  • Qu’est ce qui vous a le plus marqué dans le club (événements, individus, action…) 
Rocky : La montée en nationale 1 !
Et malheureusement les quelques décès (le club comporte tellement de gens entre les anciens et les actuels personnes)
Pascal : Rencontrer des jeunes, les parents, des joueurs de haut niveau, les belles soirées au foyer et surtout de très bons Présidents que j’ai suivi avec plaisirs.
  • Que dirais-tu à quelqu’un qui voudrait s’investir dans le club ? 
Rocky : Que c’est très enrichissant personnellement en plus d’etre agréable  !
Pascal : Le premier pas n’est pas si durà faire, il faut simplement le vouloir ! S‘investir pour l’équipe de son enfant c’est déjà une bonne chose pour le club et l’aider à avancer mais également pour nous même.

INTERVIEW #2 Abouallala Imrane et Aymeric Besson 

Que serait un match de Handball sans arbitre ?

Les arbitres c’est tous ces jeunes et adultes qui donnent de leur temps pour venir le week-end arbitrer et faire vivre tous ces matchs de handball au Prés Riants qui nous manque en cette période de confinement. Ils sont parfois critiqués, jugés… mais ils sont indispensables dans ce sport et souvent que très peu remerciés pour leur travail et leur investissement.

Aujourd’hui nous partons à la découverte de 2 jeunes du HBCA que vous avez forcément croisé sur les terrains, cette paire fait partie des acteurs indispensables de ce club.

Bonjour les garçons, pouvez-vous vous présenter pour les personnes qui ne vous connaissent pas encore?
Imrane : Je m’appelle Abouallala Imrane j’ai 17 ans. Je suis scolarisé au lycée Louis Armand à Chambéry. Je suis en terminale générale avec spécialité SVT et physique chimie et option mathématiques. 
Aymeric : Salut moi c’est Aymeric Besson j’ai 17 ans également et je suis en terminale bac pro commerce au lycée de la Cardinière à Chambéry. J’aimerais travailler dans le commerce international plus tard.

Parlez-nous un peu de votre parcours handball ?
Imrane : J’ai commencé le handball il y a maintenant 9 ans à Aix-les-Bains dès que je suis entré en CM1. Je suis toujours resté au HBCA mais j’ai arrêté le jeu depuis maintenant deux ans pour me focaliser sur l’arbitrage et mes cours.
Aymeric : J’ai commencé le hand à l’âge de 6 ans en mini-hand et maintenant cela fait 11 ans que j’en fais, je m’entraîne encore aujourd’hui puisque je joue en -18 AURA, j’ai toujours joué au HBCA aussi.

Depuis quand arbitrez-vous et qu’est-ce qui vous a motivé ?
Imrane : Alors j’ai démarré l’arbitrage dès ma première année au club lors de la saison 2012-2013 avec Aymeric. J’ai commencé à arbitrer pour dépanner puis j’ai bien aimé donc on a commencé à arbitrer plus souvent, au départ sur des matchs de -11 ans, -12 ans, puis sur les championnats régionaux comme les -15 ans et -16 ligue. À présent nous arbitrons sur les matchs des -17 ans et -18 France qui est le championnat national jeune.
Aymeric : Ça fait maintenant 7 ans que j’ai commencé à arbitrer. Je l’ai fait car j’avais envie de découvrir autre chose que le jeu. 

Avez-vous toujours formé la même paire ?
Imrane/Aymeric : Oui dès la première année on a formé la paire et arbitré ensemble les week-ends même si parfois l’on a tourné avec d’autres arbitres du club, en revanche pour les arbitrages en ligue nous avons toujours formé une seule paire.

Et aimeriez-vous changer de paire ?

Aymeric/Imrane : Non pas forcément. Nous avons créé des affinités, nous avons aussi développé des habitudes et des réflexes ensemble qui nous servent sur le terrain.

Pour vous qu’est-ce qui est le plus difficile à gérer pendant un match ?

Imrane : Lors de nos premières années je pense que le plus difficile à gérer était le public mais désormais je dirais que les coachs sur les championnats-17 ans et -18 France sont également difficiles à gérer.

Aymeric : Pour ma part ce que je trouve le plus dur à gérer sur le terrain ce sont les coachs.

Vous aimeriez aller plus loin dans l’arbitrage ?
Imrane : Oui, j’ai personnellement des objectifs à atteindre dans l’arbitrage et j’espère y parvenir un jour. 
Aymeric : Personnellement je ne souhaite pas aller plus loin je pense.

En faire votre métier, oui ou non, pourquoi ? Jusqu’où aimeriez-vous allez ?
Imrane : Oui pourquoi pas, même si ce n’est pas un métier à plein temps puisqu’il n’existe toujours pas d’arbitre de handball professionnel. J’aimerais d’abord arbitrer les inter-régions et les inters-pôles mais par la suite des compétitions internationales. Mais il y a plusieurs épreuves avant d’y arriver que je prendrais étape par étape afin d’y parvenir.

Est-ce que vous avez déjà arbitré des matchs seniors ? Si oui, est-ce plus difficile du fait de votre âge ?
Aymeric / Imrane : Oui nous avons déjà eu l’opportunité d’arbitrer des matchs seniors amicaux à Aix les bains. Cela nous a permis de voir ce qui nous attend plus tard. Pour ce qui est de la difficulté, ça dépend des matchs mais aussi des équipes qui ne comprennent parfois pas pourquoi des jeunes les arbitrent tandis que d’autres équipes sont compréhensives. Après ça reste très formateur pour nous aussi d’arbitrer ce genre de match.

Quelles sont pour vous les qualités pour être un bon arbitre ?

Aymeric / Imrane : Pour être arbitre il faut avoir de nombreuses compétences comme la connaissance du règlement et la condition physique. Il faut aussi avoir une posture irréprochable qui associe humilité, empathie et rigueur mais également être impartial. Savoir rester calme est aussi très important pour nous afin de garder la maitrise du match.

Pensez-vous être des arbitres équitables ?
Imrane / Aymeric : Oui, nous pensons être des arbitres impartiaux, du moins c’est ce que nous essayons d’être à travers chacun de nos matchs.

Quel regard portez-vous sur le HBCA aujourd’hui ?
Imrane : Un très bon regard c’est un club qui nous a apporté beaucoup sur ou bien même en dehors du terrain, nous sommes comme une grande famille. Je tiens à remercier Pascal (ndlr Pascal Cagnon) l’homme au chapeau, Raph mais aussi Flo qui est parti cette année mais qui nous suivait sur l’arbitrage dès notre arrivée au club sans oublier toutes les personnes qui nous ont permis et nous permettent aujourd’hui d’avancer. 

Aymeric : J’adore mon club ainsi que toutes les personnes qui le composent. Le club m’a apporté beaucoup de choses au niveau du handball bien sûr mais aussi dans la vie de tous les jours, je remercie énormément l’homme au chapeau Monsieur Pascal, Raph, Rocky et Florian Milesi. Maintenant je me sens bien grâce à l’arbitrage et je suis très content quand mon club me demande de venir arbitrer le weekend.

INTERVIEW #1 Damien THAUVIN

  • Depuis quand fais tu du handball ?

Je suis arrivé au club il y a une vingtaine d’année.

  • Depuis quand à Aix les Bains ?

Cela fait maintenant 23 ans que je suis arrivé au club d’Aix les Bains.

  • Pourquoi le handball et pas un autre sport ?

Je me suis fait embarquer dans ce sport grâce à mes copains d’enfance ( Arnaud Duffey , Les jumeaux ALUZE et Anthony PELLER ) avec lesquels nous avons joué longtemps ensemble et encore maintenant avec Arnaud Duffey en Nationale 2.

  • Qu’est-ce que t’apporte le handball dans ta vie de tous les jours ? et qu’est ce qu’il t’a appris ?

Le Handball est pour ma part une passion qui a évolué avec le temps .

C’est ma soupape de décompression face au stress lié à la vie quotidienne ( travail…) Le fait de se retrouver aux entrainements avec mes “copains” me fait beaucoup de bien.

Quant à la compétition, c’est un sentiment d’adrénaline et d’excitation qui se produit à chaque match depuis de longues années et encore aujourd’hui.

Si à cela on ajoute que nous jouons dans un haut niveau amateur ça me pousse à me surpasser et à m’investir constamment.

  • À quel poste joues-tu ? et pourquoi ce poste en particulier ?

À l’époque, en -13 ans je crois, on n’avait pas de gardien et je me suis retrouvé là un peu par hasard.

Petit à petit je me suis pris au jeu et j’ai gravi les échelons un par un puis fini par me retrouver dans l’équipe 1 du HBCA il y a maintenant une quinzaine d’année qui m’a accueilli les bras ouverts.

  • Quelles qualités faudrait-il pour jouer à ton poste selon toi ?

Le poste de gardien est un peu atypique dans un collectif et je l’avoue il faut être un peu fou pour aimer se prendre des ballons au visage !!!!!

Je pense que ce poste est essentiellement basé sur le mental plus que sur le physique.

Les qualités des gardiens sont assez variées selon la personne  (taille, vitesse de déplacement, explosivité, vision du jeu) par contre la cohésion avec sa défense est indispensable pour notre rôle (position du contre…).

  • Quel poste tu ne voudrais surtout pas jouer ?

Je dirais au vu de mes qualités que je pourrais jouer un peu partout !!!! Non lol, je ne me vois pas sur le poste de pivot prendre des coups pendant 60 minutes.

  • As-tu un joueur ou joueuses, professionnel ou pas, comme modèle ou que tu apprécie beaucoup ?

Je n’ai pas forcement de joueur préféré.

Par contre dans ma petite carrière de handballeur j’ai adoré jouer et découvrir la famille Milesi. (ndlr : Rémi, Hugo et Florian)

Les 3 frères sont totalement différents; Rémi était un personnage clé pendant de longues années au sein de l’équipe, Florian avait une vision de jeu et une très bonne relation avec Arnaud en dessous en pivot, et le petit dernier Hugo on est en train de découvrir ses qualités intra et extra sportives, lol.

De bons souvenirs avec chacun d’eux resteront gravés dans ma mémoire.

  • Si tu avais fait un autre sport, lequel aurais-tu pratiqué ?

Je pense que je serai parti sur le foot comme beaucoup d’entre nous, c’est un sport qui me plaît bien (on adore en faire entre nous aux entrainements ou pendant les trêves quand c’est possible).

  • Avec qui est-ce que tu composes la paire dans les cages ? Que peux-tu nous dire sur lui et votre binôme ?

Mon binôme est la pépite MAJESWKI Théo. Il a rejoint le groupe il y a déjà un petit moment et lui aussi a su s’intégrer très rapidement.

Il a toujours le sourire et le mot pour faire rire aux entrainements.

Le gros point positif sur notre relation est que la concurrence est saine et que l’on s’encourage à chaque instant dans les matchs même si bien sûr notre souhaît est de jouer le plus possible.

La finalité pour Théo c’est qu’il n’est plus un collègue de hand pour moi mais il est devenu un véritable ami.

  • Comment se passe les retours de déplacement après une victoire ? Est-ce que tu peux nous en dire plus ?

Alors là c’est quelque chose, je pense, que l’on ne trouvera qu’à AIX LES BAINS.

Plusieurs personnes ont été surprises des retours pour la première fois. Je pense même que l’actuel entraineur de l’équipe de France Mr GILLE (ndlr : Guillaume GILLE) pourrait confirmer les faits.

La troisième mi-temps est assez importante chez nous et c’est vrai qu’elle est assez fédératrice de cohésion pour le groupe.

J’ai le souvenir d’un bon nombre de retour où la joie de la victoire nous poussait à passer de très bonnes soirées !!!!

(Mr DENARIE Sebastien était le spécialiste pour nous pousser à faire la fête) 😉

Même si parfois nous sommes allés un peu trop loin, je ne regretterai jamais d’avoir vécu tous ces déplacements avec mes copains.

 

Merci à toi Damien d’avoir pris le temps de répondre à nos questions, en espérant te revoir vite dans les cages dès la reprise du sport !

Contactez-nous

04 79 88 45 50

Adresse

Handball Club d'Aix en Savoie
7 rue des Prés Riants
73100 AIX-LES-BAINS

Email

hbca73@wanadoo.fr

Envoyer un message

7 + 1 =